Le futur d’Internet : ouvert, fermé, Google, Apple ?

Il y a des années de cela, Jonathan Zittrain publiait The Future of the Internet — And How to Stop It”, un ouvrage de référence sur l’évolution du Net.

Internet entre le Libre et Google, Apple

Il y trace les deux trajectoires de son futur: celle des  technologies ouvertes favorisant la “générativité” de toutes sortes d’usages créatifs, et une seconde, celle de dispositifs fermés et préprogrammés.

La première pourrait aujourd’hui être associée à la stratégie de Google, et la seconde à celle d’Apple, deux géants dont la confrontation devient frontale, en particulier sur le fantastique essor du mobile, nouvel eldorado où Apple a décidé de s’attaquer au coeur de métier de Google: la régie publicitaire.

Alors que la dynamique du réseau a généré ses propres ennemis – virus, spam, phishing, hacking -, ainsi que de plus en plus nombreuses contraintes d’usage pour la protection des données personnelles et de l’exploitation commerciale des droits de propriété des contenus, le futur d’Internet ne se dirige-t-il inéluctablement vers un système “verrouillé”, au nom de la sécurité, sous toutes ses formes ?

Et finalement, la stratégie d’Apple, avec une application à priori “stérile” comme l’iPhone n’est-il pas d’avoir justement réussi une forme d’hybridation des deux perspectives – liberté d’innovation et sécurité du contrôle – : 150 000 applications disponibles sur l’App Store, 3 milliards de téléchargements dont les trois quarts au profit d’applications payantes ayant généré en 2009 plus de 4 milliards de dollars au profit d’une multitude de petits développeurs qui chaque semaine proposent mille nouvelles applications, avec des prévisions de 30 milliards de CA en 2013 …

Cette stratégie contenants / contenus propriétaires d’Apple, qui a jusqu’à présent formidablement répondu aux attentes des publics pour le trinôme qualité, sécurité et créativité / diversité des contenus, va t-elle permettre à Apple de dominer le marché de l’Internet mobile, régie publicitaire comprise ?

Un marché qui sera dans quelques années plus important que celui du “fixe”: aux USA, en 2009, près de 62 millions de personnes accèdent déjà au réseau par un mobile, et vers 2014, ils seront plus nombreux que ceux y accédant par un ordinateur de bureau (Nielsen Mobile).

La contre-attaque de Google, avec Android, Nexus et ses applications / services du cloud computing a-t-elle une chance de freiner la succès-story d’Apple ?

La pub, vache à lait de Google, bientôt un souvenir ?

Ou faut-il rêver d’une formidable fusion-concentration des deux géants dans une seule méga entreprise ?