L’iPad de Apple, facteur agravant de la fracture numérique ?

Apple , il y a quelques années, venait de dévoiler son nouveau produit, innovant comme à son habitude. Peut-être pas révolutionnaire au niveau technologique (encore que je n’en sache rien), beaucoup plus en termes de design et d’ergonomie (une preuve de plus que la “soft innovation” est au moins aussi porteuse que la “hard innovation“, l’innovation technologique au niveau du hardware).
Les commentaires, les énumérations des usages de base, y compris bien sûr les vidéos officielles, allaient tous dans le même sens : l’iPad est destiné aux particuliers.

Je me suis pris à rêver d’une utilisation en réunion avec des partenaires, prospects, clients… mais, là, très rapidement, en pensant “connection WiFi“, le rêve s’est brisé ! Jamais en entreprise, je ne serai autorisé à me connecter sur un réseau sans-fil, sauf peut-être celui du voisin. Voilà donc une fracture numérique qui va s’élargir, celle qui sépare l’entreprise 1.0 de l’entreprise web 2.0  .

Alors qu’autour d’elles toutes les communications tendent à s’ouvrir, à aller vers toujours plus de collaboration et de partage, les entreprises 1.0 continuent à s’enfermer et à tenter de minimiser les points de contacts avec le monde extérieur. Si les managers pouvaient remettre la main sur le papier à en-tête, comme il y 20 ans, pour monopoliser les communications vers l’extérieur, ils n’hésiteraient pas un seul instant…
Il nous semble vraiment temps que les entreprises s’ouvrent au concept de “soft innovation” et d’innovation dans les processus, qu’elles repensent les “frontières” de l’entreprise. Les points d’accès à leurs réseaux ne sont plus les PC, ce sont les connexions. Les efforts devraient donc se focaliser sur la protection du réseau et des données plutôt que sur le PC et ses applications. C’est le prix à payer pour réduire cette fracture numérique.

About ivy12